top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurRé My

Kama et Iccha : Nuance entre Désir et Volonté.


Le sanskrit, l'une des langues les plus anciennes du monde, offre une riche palette de concepts philosophiques et spirituels. Deux termes fascinants dans cette langue qui ont captivé les philosophes et les chercheurs sont "Kama" et "Iccha". Bien qu'ils se traduisent tous deux approximativement par "désir" ou "volonté" en langues occidentales, la nuance entre eux est profonde.


KAMA : LE DÉSIR SENSUEL ET SENSORIEL

Le terme "Kama" est souvent associé à des désirs liés aux sens, à la sexualité ou aux plaisirs matériels. Dans la philosophie indienne, le Kama est considéré comme l'un des quatre objectifs de la vie humaine, connus comme les "Purusharthas", aux côtés de "Dharma" (devoir), "Artha" (richesse) et "Moksha" (libération spirituelle).

Cependant, le Kama est souvent présenté comme une force à double tranchant. D'un côté, il est nécessaire pour la procréation et la continuation de la vie, ainsi que pour le plaisir et la joie. D'un autre côté, un Kama non contrôlé peut conduire à la souffrance, à l'attachement excessif et à l'éloignement des objectifs spirituels. Le Kama est donc à gérer avec sagesse et discernement.

APPLICATION DANS LE TANTRA

Dans le contexte tantrique, Kama est considéré non pas comme quelque chose à éviter mais plutôt comme une énergie à transmuter. Par divers rituels, méditations et pratiques, l'énergie du désir est souvent canalisée pour atteindre des états supérieurs de conscience ou pour activer certains centres d'énergie (chakras) dans le corps.

ICCHA : LA VOLONTÉ OU L'INTENTION

"Iccha" est un autre concept important qui va au-delà des désirs sensoriels et représente une forme de "volonté" ou "intention". Iccha est souvent considéré comme un précurseur nécessaire pour toute action, qu'elle soit physique, mentale ou spirituelle. Il s'agit d'un désir plus "pur", orienté vers un objectif ou une aspiration spécifique.

Dans des contextes spirituels comme le Yoga ou la philosophie Vedanta, l'Iccha est souvent lié au concept d'Iccha Shakti, la "force de volonté", qui est considérée comme essentielle pour la croissance spirituelle et l'auto-réalisation. L'Iccha peut être dirigé vers la recherche de la vérité, l'atteinte de la libération spirituelle ou l'accomplissement d'un devoir moral.

APPLICATION DANS LE TANTRA

Dans la pratique tantrique, Iccha est souvent associé à Iccha Shakti, la puissance de la volonté, qui est une des trois principales manifestations de Shakti, l'énergie féminine divine. La maîtrise de Iccha Shakti permet au pratiquant de canaliser sa volonté pour atteindre ses objectifs spirituels, matériaux ou même transcendants. C'est une forme de désir qui est alignée avec un but plus élevé.

LES DIFFÉRENCES FONDAMENTALES

Nature du Désir: Kama est souvent lié à des désirs temporels et sensoriels, tandis qu'Iccha peut être un désir plus élevé ou spirituel.

Portée: Le Kama est généralement considéré comme limité et éphémère, alors que l'Iccha peut avoir une portée plus vaste et durable.

Impact: Le Kama non contrôlé peut conduire à la souffrance, tandis que l'Iccha, particulièrement lorsqu'il est aligné avec le Dharma, est vu comme constructif et bénéfique.

Rôle dans la Spiritualité: Le Kama peut être un obstacle sur le chemin spirituel si mal géré, tandis que l'Iccha est souvent considéré comme essentiel pour le progrès spirituel.

Bien que les termes kama et iccha soient tous deux traduits comme "désir" en français, ils représentent des aspects différents de ce que le désir peut signifier, surtout dans le contexte de la pratique tantrique. Kama sert souvent de point de départ pour éveiller les énergies latentes, tandis qu'Iccha agit comme un guide ou un vecteur pour diriger ces énergies vers un but plus élevé. En comprenant ces nuances, les praticiens du Tantra peuvent naviguer plus efficacement sur le chemin complexe de la spiritualité et de l'éveil.

La voie est d'unir les deux en un désir unique de tout sans séparation.

RE-MY 2023


15 vues0 commentaire
bottom of page