Rechercher
  • Ré My

Le Tantra est aussi en Egypte !

Dernière mise à jour : 17 août

Sur la tombe supposée d’Isis, près de Memphis, une statue recouverte d’un voile noir était érigée.

Sur le socle de la statue cette inscription était gravée :

«Je suis tout ce qui fut, ce qui est, ce qui sera et aucun mortel n’a encore osé soulever mon voile. »


«...Ce voile cache les tous mystères de la vie, le savoir, le passé et le futur. Retirer le voile d’Isis, c’est avoir accès à la Connaissance, et avoir la Révélation de la Lumière, la vraie, celle qui foudroie…

Pour cela, les initiés Egyptiens ne laissaient jamais les néophytes évoluer sans une ascétique préparation. Ils ont parfois consenti à enseigner aux « étrangers » leur parcours initiatique : Homère, Solon, Pythagore, Démocrite, Eudoxe, Hérodote, Jamblique, Platon, Plutarque et Thalès.

Par ces illustres Grecs, nous avons une idée de la véritable mystique Egyptienne (partiellement toutefois).

Ainsi, ce sont les Grecs qui ont vraiment répandu les Mystères d’Isis et la doctrine d’Osiris dans le monde. La sagesse Egyptienne a été sauvegardée par ces « voyageurs », intrus au sein du monde Egyptien, et pourtant si lucides sur la qualité spirituelle exceptionnelle de ce pays.

"Ignores tu donc que l'Egypte est l'image du ciel […] le lieu où se transfèrent et se projettent ici-bas toutes les opérations que gouvernent et mettent en œuvre les forces célestes ? Bien plus, il faut dire que notre terre est le Temple du monde entier."

Hermès Trismégiste, Corpus Hermeticum II...»


Cela a été traduit par voile mais c'est bien d'une tunique dont il est question, qui cache son sexe.

Isis est un des mythes de l’envoilement de la lumière. Cet envoilement est la meilleure façon pour les êtres en chemin de se diriger et de reconnaitre la grande Lumière impossible à regarder d’une manière directe.


Ce qui nous semble sombre ou difficile dans nos vies, peut être vue comme les prémisses d’une direction de transformation qui nous oriente vers une lumière véritable.

Le voile d’Isis qui cache son sexe, cache le lieu de la vie nouvelle, le Saint des Saint. Pour les alchimistes c’est le symbole de la voie humide. Dans l’Éros initiatique, l’union à la grande déesse est un retour à l’unité, à la purification de notre être.

RE-MY


66 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout